MDR Mobile

Perles des Gendarmes


Perle 22 sur 34
Accueil Retour
C'est a l'intersection des deux routes que le mur a violemment heurte la voiture.

Pour finir, l'interpelle avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres.

Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix.

L'homme avait essaye de cacher l'arme dans ses bottes, malheureusement pour lui, il s'agissait d'un fusil dont la longueur dépassait.

Le suspect s'est alors décidé a passer des aveux complets pour nous prouver qu'il n'était pour rien dans cette affaire.

Quand le contrevenant a crié: "Espèce de gros con!" dans son dos, le brigadier de service a aussitôt cru se reconnaître et a verbalisé.

C'est la pluie qui empêcha le brigadier de s'apercevoir qu'il s'était mis a neiger.

Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien a constater.

Ses explications étaient si embrouillées que nous avons du le relâcher faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications.

L'homme a menacé l'adjudant que si on le prenait sur ce ton, lui aussi le prendrait sur ce ton.

L'homme, qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s'entendre très bien avec elle.

L'homme niant toute culpabilité, nous l'avons arrêté...

L'homme nous déclara qu'il avait effectivement frappé son adversaire avec la manivelle mais en faisant bien attention a ne pas lui faire mal.

L'homme avait essayé de cacher l'arme dans ses bottes, malheureusement pour lui, il s'agissait d'un fusil dont la longueur dépassait.

Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre deux doigts...

L'animal n'a fait qu'une bouchée de la carrosserie du véhicule.

L'homme a insiste pour nous présenter son préjudice qui ne mesurait en fait pas plus de dix centimètres...

Si l'appel n'a pas obtenu de réponse, c'est qu'il est parvenu au poste vendredi en fin de mâtinée alors que le permanent de service venait de partir se coucher comme tous les jours à la même heure.

Arrêté par les gendarmes, le voleur les a menacés d'appeler la police.

Il est a noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même jour.

Malgré un taux d’alcoolémie de 3.8, le conducteur avait gardé toute sa lucidité pour écraser l'animal.

Sous le coup de la colère, l'homme mangea une pomme en ricanant...

Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés.

Un violent coup de marteau l'avait cloué au lit depuis deux jours.

Le pendu est mort noyé.

Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d’aliénés, il a été conduit a la gendarmerie.

Si nos gendarmes n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu...
Accueil Retour
© MortDeRire.info